Vous êtes ici : Accueil > Éditions précédentes > Concours 2012 > Deuxième énigme - Solution
Publié : 3 mars 2012

Deuxième énigme - Solution

Deuxième énigme - Un type de paysage berrichon

Indice visuel : extrait d’une affiche pour « La fête des macchabées »

Je présente de vastes formes géométriques de toutes les couleurs (avec toutefois beaucoup de vert et de jaune). Les arbres y sont aujourd’hui rares (tout comme l’eau) de même que les animaux d’élevage et les « macchabées » ; pourtant, les animaux d’élevage et les « macchabées » y étaient nombreux au XIXe siècle quand Honoré de Balzac venait séjourner dans la petite « capitale » de cette région !
Pouvez-vous indiquer :
- le nom de ce type de paysage ;
- le nom de la région de l’Indre où l’on trouve ce type de paysage ;
- le nom de la petite « capitale » de cette région où Honoré de Balzac séjournait au XIXe siècle ;
- quels animaux on y élevait en très grand nombre au XIXe siècle ;
- ce qu’étaient les « macchabées » ;
- la principale activité agricole de cette région aujourd’hui.
Pouvez-vous enfin expliquer pourquoi il y a peu d’eau et peu d’arbres dans cette partie de l’Indre ?

Les réponses

- C’est un paysage de champs ouverts (« openfield »).
- On le trouve en Champagne berrichonne.
- Sa petite « capitale » est Issoudun.
- Au XIXe siècle, on y élevait surtout des moutons.
- Sous le surnom de « macchabées », on désignait les vignerons de la région d’Issoudun au XIXe siècle. L’origine de ce surnom est inconnue : parce qu’ils forment une nombreuse famille selon certains, parce qu’ils auraient résisté à la République lors de la Révolution française selon d’autres - versions toutes dénuées de fondement... Il semble que l’usage de ce surnom soit antérieur au sens actuel (« cadavre ») qui n’apparaît qu’au milieu du XIXe siècle (au départ, au sens de « noyé »).
- Les principales cultures de la Champagne berrichonne sont les céréales et les oléagineux (colza, tournesol).
- il s’agit d’une région au sous-sol calcaire ; les eaux s’infiltrent dans les diaclases (circulation souterraine des eaux dans un karst) ; la faible présence d’eau en surface explique le faible nombre de cours d’eau et d’arbres... et atteste de l’importance de l’élevage du mouton au XIXe siècle sur ces terres de parcours qu’il a largement contribué à dénuder.