Vous êtes ici : Accueil > Éditions précédentes > Concours 2012 > Sixième énigme - Solution
Publié : 3 mars 2012

Sixième énigme - Solution

Sixième énigme - Un lieu escarpé...

Indice visuel : détail du tableau d’Armand Guillaumin (1841-1927), Paysage avec ruines

Selon la légende, au Moyen Âge, les « bergerettes » qui gardaient leurs moutons sur mon site laissaient glisser leur fil et leur fuseau dans l’eau sous les yeux du seigneur du puissant château voisin... Aujourd’hui, les jeunes filles qui s’y aventurent utilisent des fils beaucoup plus solides ! Je suis devenu au XIXe siècle un lieu fréquenté par une femme célèbre pour ses romans et par des artistes désireux de fixer sur la toile le paysage tel qu’ils le voyaient et le ressentaient...
- Qui suis-je ?
- Dans quelle commune suis-je située ?
- Comment appelle-t-on la région de l’Indre où je suis situé ?
- Quel type de paysage m’environne ?
- Quel est le puissant château voisin que je permets de découvrir ?
- Quel est le cours d’eau où les « bergerettes » de la légende pouvaient tremper leur fil et leur fuseau ?
- Quel est le nom de l’écrivain célèbre qui est venu en ce lieu au XIXe siècle ?
- À quel mouvement artistique ceux qui m’ont fréquenté au XIXe siècle appartenaient-ils ? Citez le nom de l’artiste appartenant à ce mouvement qui m’a souvent représenté avec le paysage environnant.
- Pourquoi les jeunes filles qui s’aventurent aujourd’hui sur mon site doivent-elles utiliser des fils beaucoup plus solides que ceux de la légende ?

Les réponses

- Il s’agit du rocher des Fileuses.
- Il est situé sur la commune de Saint-Plantaire.
- C’est la vallée de la Creuse, dans le Boischaut du Sud.
- C’est un paysage de plateau entaillé profondément par des vallées, notamment la vallée de la Creuse (on parle de « relief en creux »).
- Depuis le rocher des Fileuses, on découvre le château de Crozant (situé dans le département de la Creuse).
- Il s’agit de la Creuse.
- C’est George Sand.
- Il s’agit des peintres impressionnistes ; le peintre impressionniste qui représenta abondamment la région de Crozant et le rocher des Fileuses est Armand Guillaumin (1841-1927), auteur du tableau qui sert d’indice visuel (Paysage avec ruines, 1897, 93 x 79 cm, conservé au Musée Pouchkine à Moscou)
- Aujourd’hui, au rocher des Fileuses, les jeunes filles font de l’escalade.

La légende du rocher des Fileuses

Elle est ainsi rapportée en 1897 par l’abbé Rouzier dans son Histoire illustrée des châteaux de Crozant et des Places :

« Lorsqu’aux jours ensoleillés du printemps les bergerettes paissent leurs moutons sur la montagne verdoyante, une sorte de joyeux tournoi s’établissait entre elles, ajoutant cet innocent plaisir aux charmes de leurs jeux champêtres.

Au signal donné, on voyait les intrépides jeunes filles, la quenouille au côté, le fuseau dans la main, debout toutes ensemble sur le faîte de la roche qui s’élève à pic sur le torrent, à l’heure où le soleil descend lentement sur l’horizon et où la rivière miroitait comme une immense lame d’argent diaprée d’efflorescences d’or et d’azur.
Quelle sera la main assez habile pour laisser glisser jusqu’au bas son fuseau et le ramener à elle enlacé de ses mille fils de lin ?
Quel pittoresque spectacle !

Dès que les divers fuseaux entraient dans l’eau et en remontaient ruisselants de gouttelettes brillantes, il se faisait comme une traînée de diamants qui attiraient les regards.

Assis au haut de la vieille tour, le seigneur, entouré de sa noble épouse et des servants d’armes, les yeux fixés attentivement sur le groupe sémillant des fileuses, attendait avec émotion l’issue de cet intéressant tournoi.

La bergerette qui avait été assez heureuse pour triompher de cette périlleuse épreuve était acclamée par ses compagnes. qui la conduisaient bruyamment à la demeure seigneuriale où le vieux châtelain, après avoir effleuré son front virginal d’un baiser paternel, lui plaçait sur la tête une couronne de fleurs et lui offrait la main de l’un de ses jeunes varlets (…) ».