Vous êtes ici : Accueil > Éditions précédentes > Concours 2013 > 3e énigme
Publié : 27 janvier 2013

3e énigme


Indice visuel

Un métier vieux de quelques millénaires...

Les gestes que je mets en oeuvre dans mon art sont pratiqués au moins depuis l’Antiquité et même depuis la Préhistoire ! Je me suis d’ailleurs efforcé de retrouvé les matériaux et les techniques pratiqués parfois depuis des millénaires ; j’ai rencontre dans le Berry et dans toutes les régions de France les « papés » qui m’ont transmis leur savoir-faire, ils m’ont aussi montré leurs productions particulières et les végétaux variés qu’ils utilisent. D’après des figurations sur des reliefs gallo-romains, je suis parvenu à reconstituer les objets de la vie quotidienne que nos lointains ancêtres fabriquaient. Je fabrique aussi des bourroles ou des objets de style très contemporain... Dans mon travail, j’utilise un couteau à bout légèrement recourbé, des fendoirs, un trusquin, un ciroir, une batte... Je suis ainsi devenu restaurateur habilité par la Direction des Musées de France, puis j’ai obtenu le label « entreprise du patrimoine vivant ». J’ai enfin préparé un concours en réalisant trois objets et un chef d’oeuvre qui est une création personnelle pour obtenir en 2007 le titre le plus prestigieux dans le monde des métiers, titre qui met en valeur l’intelligence de la main. J’appartiens ainsi à la grande famille des gens de métiers qui possèdent un savoir-faire particulier, loin de la production industrielle, et qui, par leur travail, accompagnent et embellissent la vie quotidienne des habitants...

- Quel est mon nom ?
- Quel est mon métier ?
- Qui sont les « papés » ?
- Quels sont les différents matériaux que j’utilise dans mon travail ?
- Qu’est-ce qu’une bourrole ?
- Qu’est-ce qu’un fendoir ? Un trusquin ? Un ciroir ? Une batte ?
- Pour quel musée de l’Indre ai-je reconstitué des pièces anciennes ?
- Quel concours ai-je préparé en 2007 ?
- Comment appelle-t-on la grande famille de travailleurs à laquelle appartient mon métier ?

POUR RÉPONDRE À L’ÉNIGME CI-DESSUS...