Vous êtes ici : Accueil > Éditions précédentes > Concours 2013 > L’ultime énigme
Publié : 5 mars 2013

L’ultime énigme

L’ultime énigme

NB – Cette question est prise en compte seulement pour départager les classes en cas d’égalité. Cependant, une absence de réponse (même inexacte) entraîne une pénalité.

D’après les réponses que vous avez apportées aux différentes énigmes, montrer en quelques phrases comment les activités économiques de l’Indre peuvent, d’une part, être liées à des activités traditionnelles anciennes et, d’autre part, être des activités modernes très bien adaptées au monde d’aujourd’hui.

Voici deux exemples de réponses faites par deux classes, parmi bien d’autres qui étaient souvent également d’excellente qualité :

Premier exemple :

« Pendant des années l’agriculture, l’artisanat, l’industrie, le savoir faire ont dominé les activités économiques de l’Indre. Fortes de leurs expériences passées, certaines industries telles les mégisseries ont su se spécialiser dans un savoir-faire de précision et toucher le marché de luxe par la qualité de leurs produits. L’agriculture traditionnelle a su s’adapter à la production intensive en développant des exploitations plus grandes et plus productives. L’élevage s’est orienté vers des produits finis reconnus pour leurs qualités au niveau français et européen (AOC des fromages de chèvre, par exemple). L’industrie aéronautique, implantée depuis 1936 à Châteauroux, a évolué de la construction d’avions vers les services pour l’aviation (maintenance, démantèlement, fret, formation des pilotes). Enfin, le tourisme a su mettre en avant le patrimoine historique, naturel et géographique du département et développer les structures d’accueil. »

Deuxième exemple :

« L’Indre a su garder ses activités traditionnelles, comme le travail du cuir, l’agriculture, la fromagerie, la vannerie, les vignobles, l’aéronautique. Elle les améliore au fil du temps et les fait évoluer :
- une agriculture de plus en plus mécanisée et de précision, une spécialisation dans l’élevage bovin de qualité, des produits régionaux de plus en plus reconnus (lentilles, vin, fromages de chèvre, viandes) ;
- l’implantation d’une entreprise de maroquinerie de luxe ;
- un aéroport qui se diversifie (espace de maintenance, plateforme multimodale, formation des pilotes).

L’Indre a su s’adapter tout en développant de nouveau secteurs économique comme le tourisme (nombreux musées comme celui du cuir à Levroux, Argentomagus ou des châteaux comme Valençay) En conséquent, l’Indre conserve son patrimoine culturel et avance vers l’avenir. »