Vous êtes ici : Accueil > Éditions précédentes > Concours 2014 > 3ème énigme
Publié : 3 février 2014

3ème énigme

Indice visuel 1
Indice visuel 1
Indice visuel 2
Indice visuel 2

Je m’appelle Sidonie Pocquet...

Je suis arrivée dans l’Indre en 1915 après avoir été séparée de ma famille restée dans le Nord occupé par les Allemands. Comme beaucoup d’autres femmes dans toute la France et dans l’Indre (par exemple, Magdeleine Cressent), je me suis engagée pour m’efforcer de soulager les terribles douleurs des poilus qui étaient conduits à Issoudun depuis le front. Rien que dans l’Indre, on avait alors installé plusieurs dizaines d’établissements du même type : voyez les deux photos que je vous propose ci-dessus... et c’était la même chose partout en France !
Je n’étais pas une professionnelle ; alors, en 1916, je suis partie pour Paris pour le devenir.
Sans doute aurais-je pu rencontrer, au cours de ces années de guerre, Edouard Péricourt ou Adrien Fournier dans sa chambre des officiers : j’ai rencontré tant de « gueules cassées » dans les divers lieux où l’on m’a envoyée !

- Quel était le travail effectué par Sidonie Pocquet de 1915 à 1916 à Issoudun ? Dans quel lieu ?
- Quelle profession a-t-elle exercée après ses études à Paris ?
- Qui désigne-t-on par l’expression « gueules cassées » ?
- A-t-elle pu rencontrer Adrien Fournier et Edouard Péricourt (justifiez votre réponse) ?
- Qui était Magdeleine Cressent ? Où a-t-elle travaillé pendant la guerre ?
- Quels sont les établissements établis alors par dizaines dans le département de l’Indre ? Identifiez les deux établissements photographiés. Pouvez-vous expliquer pourquoi ces établissements se sont multipliés entre 1914 et 1918 ? Pourquoi y trouvait-on beaucoup de femmes comme Sidonie Pocquet et Magdeleine Cressent ?
- Quelles récompenses Sidonie Pocquet a-t-elle reçues après la guerre ? Pourquoi ?

POUR RÉPONDRE À L’ÉNIGME CI-DESSUS...

1 - Cliquer sur l’onglet « RÉPONDRE À CET ARTICLE » ; puis, dans le cadre intitulé « UN COMMENTAIRE ? », rédigez votre réponse dans l’espace intitulé « Texte de votre message » SANS OUBLIER D’INDIQUER LE NOM DE VOTRE ÉTABLISSEMENT ET CELUI DE VOTRE CLASSE (par exemple, 4e B ou 4e 1... selon le cas) ;

2 - En fin de page, avant d’envoyer votre réponse, vous pouvez la relire en cliquant sur « VOIR CE MESSAGE AVANT DE LE POSTER » :
- dans le cadre intitulé « PRÉVISUALISATION », vous pouvez vérifier le texte de votre réponse ;
- cliquer alors sur « MESSAGE DÉFINITIF À ENVOYER AU SITE » : votre réponse est dès lors terminée et prise en compte.