Vous êtes ici : Accueil > Éditions précédentes > Concours 2014 > Deuxième énigme - Solution
Publié : 22 avril 2014

Deuxième énigme - Solution

Deuxième énigme - Le crayon et le ciseau

L’un (fils d’un journalier), est né en 1871, s’est très tôt passionné pour le travail du ciseau et a travaillé dans l’atelier d’un célèbre artiste où il est devenu l’ami de Camille Claudel et de François Pompon. L’autre (fils d’un horloger), né en 1876 (le 11 novembre !), s’intéresse très tôt à représenter avec son crayon et ses pinceaux la Révolution française et les petites gens.

L’un, mobilisé dès le 1er août 1914 et l’autre le 26 janvier 1915, vont combattre les Allemands sur le front jusqu’en février 1916. Tous deux sont alors réformés... mais ils vont continuer à combattre avec crayon et ciseau.

L’un, qui a déjà produit de nombreux témoignages sur la vie des poilus, va désormais travailler pour le Ministère de l’Instruction publique, des Beaux-Arts et des Inventions intéressant la Défense nationale ; il va produire des affiches, des bulletins de souscription, des certificats de la Légion d’honneur ; il va aussi collaborer avec des journaux (« Le Bulletin des armées de la République », « Le Poilu ») et même illustrer le Message de guerre du Président W. Wilson en 1917 !
L’autre deviendra célèbre après la guerre car il va travailler avec son ciseau à sauvegarder la mémoire de ses camarades morts pendant le conflit, à montrer la douleur des femmes et des enfants, à plaider en faveur de la paix.

1 - Le crayon

- Quel est le nom de celui qui a utilisé le crayon pour continuer la guerre ?
- Où est-il né ? En quelle année est-il mort et dans quel lieu ?
- Par quelle activité est-il devenu célèbre ?
- Le document présenté par l’indice visuel 1 est une de ses oeuvres : expliquez à quoi cette affiche devait servir et pour quelle raison.

2 - Le ciseau

- Quel est le nom de celui qui a utilisé le ciseau pour terminer la guerre ?
- Où est-il né ? En quelle année est-il mort et dans quel lieu ?
- Par quelle activité est-il devenu célèbre ?
- Dans l’atelier de quel artiste a-t-il appris son art ? Qui était François Pompon ? Avec quelle autre grande artiste s’est-il alors lié d’amitié ?
- Quels types d’oeuvres va-t-il réaliser pour sauvegarder la mémoire de ses camarades tombés lors des combats de la Grande Guerre (indice visuel 2) ? Citez au moins cinq de ces monuments qu’il a réalisés.

Les réponses

1 - Le crayon

- Il s’agit de Bernard Naudin.
- Il est né à Châteauroux (Indre) le 11 novembre 1876 et meurt à Paris en 1946.
- Il est devenu célèbre pour ses peintures, ses gravures et ses dessins.
- Il s’agit d’une affiche destinée à inciter les Français à prêter leur argent pour financer l’effort de guerre : sur la gauche, un poilu dans une tranchée, sur la droite, ses parents, en costume paysan, se présentent devant un guichet pour souscrire à l’emprunt.

2 - Le ciseau

- Il s’agit d’Ernest Nivet.
- Il est né à Levroux (Indre) le 7 octobre 1871 et meurt à Châteauroux le 5 février 1948.
- Il est devenu célèbre pour ses sculptures.
- Le 17 décembre 1891, Ernest Nivet est embauché comme praticien dans l’atelier d’Auguste Rodin à Paris.
- François Pompon est un sculpteur français (1855-1933) qui a travaillé dans l’atelier d’Auguste Rodin et qui est particulièrement connu pour ses sculptures animalières.
- Il se lie alors d’amitié avec Camille Claudel (1864-1943), sculpteur travaillant également dans l’atelier d’Auguste Rodin, soeur de l’écrivain Paul Claudel.
- Pour sauvegarder la mémoire de ses camarades tombés lors des combats de la Grande Guerre, Ernest Nivet va réaliser plusieurs monuments aux morts, notamment dans l’Indre :

  • Levroux (1922) ;
  • La Châtre (1923) ;
  • Hattonchâtel, dans la Meuse (1923) ;
  • Éguzon (1923) ;
  • Châteauroux (monument aux morts du département de l’Indre, place de la Victoire et des Alliés, en 1932, et monument aux morts de la ville, place Lafayette, en 1937 : cf l’indice visuel n° 2).

NB - Ernest Nivet a également réalisé des monuments aux morts après la guerre de 1870-1871, ainsi à Buzançais (1900) et à Issoudun, place du Sacré-Coeur (1911) ; ces monuments ne concernaient pas cette réponse car réalisés avant 1914.